Interview de Karin Mallet-Gautier, directrice de l’Office de Tourisme des Bahamas

24. Jan 2020

Portrait de pro #1 : KARIN MALLET-GAUTIER, DIRECTRICE DE L’OFFICE DE TOURISME DES BAHAMAS

Aujourd’hui sur le blog, on reçoit Karin Mallet-Gautier, Directrice de l’Office du Tourisme des Bahamas pour la France, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse romande, l’Espagne et le Portugal.
Dream Yacht Charter est présent aux Bahamas au départ de Nassau avec plus de 60 bateaux. On propose des locations sans équipage, avec skipper, à la cabine ou avec un équipage dédié !

Dream Yacht Charter : Bonjour Karin, on est ravis de commencer cette série de portrait avec vous ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre rôle en tant que Directrice de l’Office du Tourisme des Bahamas ?

Karin : Notre rôle en tant que bureau du Ministère du Tourisme des Bahamas est de promouvoir les Bahamas en tant que région et les 16 destinations qui la composent et ce avec les partenaires de tous les domaines de l’industrie touristique (compagnies aériennes, hôtels, croisières, voyagistes, distributeurs, groupes et incentive etc…) mais aussi et bien sûr auprès du grand public à travers nos campagnes de communications, nos actions de Relations Presse, notre présence sur des salons, etc.

DYC : Pourquoi conseillerez-vous de partir naviguer aux Bahamas plutôt que dans une autre destination Caraïbes ?

Karin : Les Bahamas sont finalement très différentes des îles des Caraïbes traditionnelles. Elles sont d’abord entièrement situées dans l’Océan Atlantique et non dans la Mer des Caraïbes. Ce sont des îles ceinturées par la 3ème barrière de corail au monde en longueur et elles n’ont pas la même origine géologique que la Caraïbe. Les Bahamas se visitent toute l’année avec des journées courtes en hiver mais très longues en été, et elles offrent 16 destinations à part entière toutes différentes. C’est une immense région de 1200 kms, (la distance de Puerto aux Grenadines par exemple ou chez nous de Lille à la Corse !) – l’archipel des grands espaces sous-marins et terrestres!

DYC : Quelles sont les offres de vols proposées au départ de la France et les formalités ?

Karin : En tant qu’ex colonie britannique (les Bahamas sont indépendantes depuis le 10 juillet 1973 et n’ont jamais été américaines), la compagnie historique est British Airways qui opère 4 vols par semaine au départ de Londres Heathrow (avec des connexions de Paris mais aussi des grandes villes de province) et passera à 5 rotations semaine à compter du 29 mars 2020. Depuis 2018, Air Caraïbes opère tous les jeudis un vol Paris Ory-San Salvador-Nassau en collaboration avec Bahamasair.
Et bien sûr en raison de la proximité des Bahamas avec la côte est des Etats Unis et du Canada, les accès via Miami, Atlanta, New York,Toronto ou Montréal sont également possibles.Un passeport en cours de validité + 6 mois suffit pour se rendre aux Bahamas, l’ESTA ou similaire n’est requis que si il y a transit aux Etats Unis ou Canada – pas de vaccin et aucun problème de sécurité.

DYC : Quelles activités conseillez-vous à faire sur place ?

Karin : Il y a beaucoup de choses à faire sur chacune de nos destinations et en fonction de leur personnalité : découvertes architecturales, culturelles, activités sportives (yachting, golf, pêche, plongée, snorkeling, kite surf, kayak, vélos etc ….), activités éco-tourisme, et bien sûr rencontres avec les bahaméens grâce au programme People To people par exemple : des bénévoles bahaméens reçoivent les touristes chez eux le temps d’un dîner ou barbecue ou demi-journée pour échanger sur leur mode de vie et en connaitre plus sur leurs visiteurs. Les bahaméens sont extrêmement accueillants. On reste en général au minimum 4 à 5 nuits par destination aux Bahamas, on prend son temps pour explorer, et à ce sujet la plaisance est un moyen idéal de prendre son temps et partir à la découverte d’endroits reculés . Avec 700 îles et 2300 îlots , les Bahamas ont de quoi satisfaire les navigateurs en recherche d’endroits totalement vierges.

DYC : Selon vous, quel est le mouillage idéal lors d’une croisière en voilier ?

Karin : Tous car aux Bahamas, chaque mouillage est vraiment spectaculaire – les Bahamas ont les eaux les plus claires du monde… dixit nos astronautes depuis l’espace !

DYC : Quel est votre endroit préféré ?

Karin : Warderick Wells, là où est installé le QG de l’Exuma Cays Land and Sea Park, qui s’étend sur 11 000 km² et fut le 1er parc national sous-marin et terrestre classé aux Bahamas en…1958. Grâce aux guides du parc, on apprend énormément de choses sur les éco-systèmes des Bahamas et l’importance de la préservation de la faune et la flore sous-marine, des mangroves, des saisons de pêche, etc..

DYC : En 2019, certaines îles des Bahamas ont été touchées par l’ouragan Dorian, que pouvez-vous dire aujourd’hui à ce sujet ?

Karin : Dorian est le cyclone le plus fort depuis 1935 dans toute la zone Atlantique et Caraïbes . ll a touché 2 destinations de l’extrême nord des Bahamas : l’archipel des Abacos et Grand Bahama Island. Tout le reste n’a absolument pas été impacté. Il faut garder en mémoire l’étendue des Bahamas. En fait c’est comme si Dorian était passé entre Lille et la Belgique chez nous et que l’on disait que toute la France est détruite. Nassau, la capitale n’a jamais fermé pendant Dorian, c’est comme si elle était à la hauteur d’Orléans chez nous.
Les Bahamas tirent leurs ressources à 60% du tourisme et il est extrêmement important que les autres destinations des Bahamas continuent à accueillir des touristes pour ainsi aider à la reconstruction des 2 parties du nord. Et d’ailleurs, nous avons une bonne nouvelle puisque Grand Bahama island a rouvert en décembre car elle a été moins impactée, et la zone des hôtels et la capitale Freeport/Lucaya ont été épargnées.
Par contre, des dizaines de milliers d’habitants ont été impactés dans leur vie, beaucoup en perdant absolument tout dont une bonne partie dans l’archipel des Abacos, et dans les village du sud est de Grand Bahama Island. Les dons sont encore nécessaires pour aider les populations directement et peuvent être fait auprès d’organismes agrées sur www.bahamas.com/relief

DYC : Pouvez-vous nous parler des projets de 2020 et de l’engagement du gouvernement bahaméen sur la protection de l’environnement ?

Karin : Les questions de réchauffement climatique et protection de l’environnement sont d’une importance capitale pour les états insulaires. Aux Bahamas, nous avons été un peu précurseurs avec la classification de nos espaces sous-marins et terrestres depuis 1958. Ce sont désormais une quarantaine de parcs et réserves marines qui sont classés, près de 20% de tout le territoire sont classés. Les Bahamas sont sanctuaires pour les requins, on a pas le droit de détruire les mangroves (et dans le cas de Dorian elles ont révélées toute leur efficacité en retenant les littoraux malgré la force titanesque des vents à 354 km/h et une montée des eaux entre 5 et 9 m), pas de construction sur pilotis, pas de destruction des plantes qui poussent naturellement sur les petites dunes en arrière des plages. Seuls 6% des plages sont exploités touristiquement c’est-à-dire qu’il y a un hôtel ou une activité touristique derrière. Et grande nouvelle pour 2020 puisque les Bahamas sont passés au ZÉRO PLASTIQUE depuis le 1er janvier 2020 : plus de plastique ni polystyrène, ni lâcher de ballons.

DYC : Un petit mot pour la fin ?

Karin : Plus que jamais, It’s Better In The Bahamas ! Venez et revenez découvrir nos 16 destinations !

Merci à Karin d’avoir répondu à nos questions. 

En savoir plus

Pour en savoir plus à propos de nos croisières aux Bahamas, ou au départ de nombreuses autres destinations, rendez-vous sur le blog. Vous pouvez aussi nous appeler au +33 (0)1 56 68 70 81 ou nous contacter via notre formulaire de contact ou par e-mail à contact@dreamyachtcharter.com pour plus d’informations.

Nous suivre sur les réseaux sociaux

Pour suivre toutes nos actualités, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter ou à nous suivre sur notre page Facebook ou notre page Instagram.